IFERISS

Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société

Vient de paraître

2018 ouvrage parcours

Parcours de santé. Parcours de genre - Dirigé par Anastasia MEIDANI, Arnaud ALESSANDRIN (dir.) - 2e ouvrage de la collection Santé Société des PUM : SOMMAIRE

newsletter4- Les évenements et manifestations scientifiques
- L'actualité des programmes de recherche
- Les dernières publications des équipes participantes à la fédération autour des thématiques Santé Société

 

> Juil. 2019, Mai 2019, Mars 2019, Janv. 2019, Nov. 2018, Sept. 2018, Juill. 2018, Mai 2018, Mars 2018, Janv. 2018.

Offre de thèse

Intégration des éléments de contexte et de la diversité des territoires dans l'étude des inégalités sociales dans le domaine des cancers
De nombreux travaux attestent que les conditions sociales et économiques influencent l'état de santé des populations. Dans le domaine des cancers, des travaux récents montrent que l'environnement social influence non seulement la probabilité de survenue des cancers, mais également leur pronostic, les mécanismes sous-jacent étant multiples, dépendant à la fois de l'individu, de l'organisation du dépistage et des soins et de l'organisation de la société. Dans le cadre général de ce modèle écologique, la survenue d'un cancer est liée majoritairement à des caractéristiques individuelles de type comportementales alors que son pronostic est en grande partie dépendant d'éléments collectifs déterminant en particulier l'organisation des soins. L'amélioration des connaissances sur ces déterminants et l'identification des principaux mécanismes sont cruciales pour la mise en place d'actions ou de politiques visant à les juguler. Il s'agit d'une part d'améliorer la connaissance de l'histoire médicale des cancers et de ses déterminants pour identifier les moments clefs dans la constitution des inégalités. Il s'agit d'autre part d'améliorer la caractérisation de l'environnement social et la qualité de la mesure du « gradient social ».
Les premières études sur le lien entre l'environnement social et la santé se sont appuyées sur des indicateurs individuels caractérisant le plus souvent la profession, le statut marital, le niveau d'éducation ou les revenus. Ces premières études ont permis de confirmer l'hypothèse du lien entre l'environnement social et la santé mais la faible disponibilité des indicateurs individuels ont limité le champ des investigations et souvent entraîné des biais de sélection dans les études réalisées. Par ailleurs, ces indicateurs individuels ne permettent pas toujours de rendre compte du caractère composite et multidimensionnel de l'environnement social et excluent, sauf exception, les éléments de contexte caractérisant l'organisation sociale du lieu de vie (urbanité, proximité des services, transports, espaces verts, ...). Pour l'ensemble de ces raisons, un nombre croissant d'études sociales en santé développent désormais des approches géographiques utilisant des indices agrégés. Ces indices évaluent l'environnement social d'un individu à partir de la caractérisation socioéconomique de son lieu de vie en intégrant des facteurs liés à la composition (caractéristiques socioéconomiques des habitants) mais aussi au contexte. La quasi-totalité de ces indices sont construits en utilisant les données censitaires disponibles à la plus petite échelle géographique possible (en France les Ilôts Regroupés pour l'Information Statistique (IRIS)) afin de minimiser le biais écologique. En France, comme en Europe, plusieurs indices agrégés existent, tous construits à partir des données censitaires, qui se distinguent par les choix conceptuels et les modélisations statistiques qui fondent leur construction. Parmi ces indices, l'European Deprivation Index (EDI), proposé par l'U1086 INSERM-UCN est un indice européen transculturel fondé sur le concept de « déprivation » qui conjugue pauvreté matérielle et sociale. Permettant d'évaluer dans chaque collectivité une pauvreté relative, il a vocation à proposer une mesure de la défavorisation sociale comparable entre les différents pays européens grâce en particulier à l'utilisation des données de EU-SILC, étude longitudinale de EUROSTAT, dédiée spécifiquement à l'identification de la pauvreté matérielle et sociale. Depuis qu'il a été proposé à la communauté scientifique, les différentes versions nationales de cet indice ont été largement utilisées dans le domaine de la santé. Toutefois, les différentes versions nationales de l'EDI présentent des limites. En particulier, dans chaque pays, cet indice propose une mesure unique de la défavorisation sociale sur l'ensemble d'un territoire national alors que celui-ci peut être composé de territoires présentant des organisations sociales très différentes (métropole, couronnes urbaines, territoires ruraux, territoires montagneux, territoire d'outre-mer....) et dans lesquels l'organisation du dépistage des cancers et de leur prise en charge thérapeutique peuvent différer.
L'objectif de cette thèse est de proposer la construction d'un indice agrégé européen de défavorisation sociale permettant d'intégrer pour chaque pays la diversité socioéconomique des territoires, puis d'évaluer l'apport de cette indice, par rapport aux indices déjà disponibles, dans l'étude des inégalités sociales d'incidence et de pronostic des cancers.
Les travaux de la thèse se développeront au sein de l'axe « inégalités sociales en cancérologie » de l'U1086 INSERM Anticipe. Le doctorant bénéficiera de l'expertise et des outils géomatiques des chercheurs de l'axe « inégalités sociales en cancérologie » et de la plateforme MapInMed labellisée par la Ligue Nationale Contre le Cancer. Le doctorant aura accès à toutes les bases de données nationales et européennes nécessaires à ses travaux dont les données de EU-SILC, et celles des registres de cancer français et européens. Il sera intégré dans l'ensemble des réseaux nationaux et internationaux auquel participe l'unité dont FRANCIM, EUROCARE et CONCORD.
Les travaux de la thèse consisteront dans un premier temps à évaluer pour différents pays européens la faisabilité et la pertinence de la construction d'un indice de défavorisation sociale différencié selon les caractéristiques des territoires disponibles dans la base EU-SILC et en particulier le degré d'urbanité. Les qualités intrinsèques de ces indices (cohérence, reproductibilité, additivité), à-priori garantis par les bases méthodologiques de sa construction seront évalués. La corrélation de cet indice avec l'EDI non différencié et les autres indices agrégés de défavorisation disponibles (Townsend, Carstairs, FDEP,...) sera analysée. Les cohortes nationales disposant de données individuelles socioéconomiques (AGRICAN, Constance, cohorte parisienne, biobank anglaise ...) seront utilisées (avec leur accord) pour apprécier, si elle existe, la réduction du biais écologique.
Dans un deuxième temps, il s'agira d'apprécier l'apport de cet indice différencié dans la connaissance des inégalités sociales en cancérologie en utilisant l'ensemble des bases de données disponibles au sein de l'équipe (registres de cancer français et européens (incidence, prise en charge, survie), données des structures de dépistage des cancers, études haute-résolution du réseau FRANCIM).
Ce travail de thèse permettra d'améliorer la performance des outils et des méthodes proposées pour l'étude des inégalités sociales de santé en France et en Europe. Dans le domaine des cancers, il devrait favoriser le développement d'approches internationales dans le cadre européen. Au-delà du caractère comparable des constats réalisés dans différents territoires, il facilitera la mise en place d'essais prospectifs en recherche interventionnelle en population générale et permettra ainsi, par la construction d'une politique de santé publique fondée sur des preuves, d'éclairer les politiques de santé conduites au niveau national et européen.

Profil du candidat souhaité :
Master 2 ou équivalent en Santé publique, biostatistique, géographie ou sociologie. Bonnes connaissances en statistique. Connaissances du logiciel SAS exigées.
Contact :
Pr Guy Launoy (PU-PH de Santé publique)
Merci d'envoyer CV, Lettre de motivation et toutes informations utiles sur le Master II obtenu (classement) à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Financement : Région Normandie (contrat à temps plein)
Date souhaitée : septembre 2019

Offre d'emploi

Poste de directeur général de l’IREPS OCCITANIE
L’Instance Régionale d’Education et de Promotion de la Santé (IREPS Occitanie) est une association investie dans le champs de la Promotion de la Santé à l’échelle régionale, membre du réseau national de la FNES.
Niveau de diplôme : bac +5 minimum, en Santé publique ou Sciences humaines.
Expérience confirmée dans un poste de direction
Poste en CDI avec période d’essai renouvelable, rattaché à la Présidente de l’IREPS
Date d’embauche : Deuxième quinzaine d’aout 2019
Offre d'emploi

Ingénieur de recherche en biostatistiques - 12 mois - IRD
Catégorie A - Ingénieur de recherche (IR)
Branche d’activité professionnelle (BAP) : A – Sciences du vivant, de la terre et de l’environnement
Famille professionnelle : Biologie et santé, Sciences de la vie et de la terre
Emploi type : A1A41-Ingénieur-e biologiste en analyse de données
AFFECTATION STRUCTURELLE : Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
Référent scientifique incontournable sur les grands enjeux du développement et organisme pluridisciplinaire reconnu internationalement, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de celui de l’Europe et des affaires étrangères. Il porte depuis plus de 75 ans, une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement.
Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en outremer.
Unité mixte de recherche
L’UMI TransVIHMI conduit une recherche pluridisciplinaire sur le VIH/SIDA et d’autres maladies infectieuses ayant une importance en Santé Publique. Ses travaux portent sur la recherche clinique et interventionnelle, la recherche en Sciences Sociales, sur l’étude de la diversité génétique des agents infectieux et ses conséquences, ainsi que sur les déterminants de l’émergence et des risques zoonotiques.
AFFECTATION GEOGRAPHIQUE
UMI TRANSVIHMI, Montpellier, Délégation régionale Occitanie
DESCRIPTION DU POSTE
Mission
L’ingénieur travaillera sur différents projets pilotés par les chercheurs de l’UMI TransVIHMI. Il sera chargé de concevoir et d’organiser la collecte et l’analyse de données issues de recherches épidémiologiques, cliniques et biologiques.
Activités Définir le plan d’étude et de recueil des données le mieux adapté au problème posé
Analyser les données issues de travaux de recherche en santé
Rédiger des rapports et des synthèses de présentation des résultats des analyses statistiques
Former, en interne et en externe, aux principes et à la mise en oeuvre des techniques de l’analyse des données biologiques
Orienter et conseiller les utilisateurs pour la mise en oeuvre des méthodes d’études et d’interprétation des résultats
Assurer et organiser la veille scientifique et technologique dans son domaine d’activité
Compétences
Connaissance approfondie du recueil, de l'analyse et du traitement des données
Connaissance approfondie en Informatique appliquée
Maîtrise de la conception et de la gestion des bases de données
Connaissance du cadre légal et déontologique
Environnement et réseaux professionnels
Culture dans le domaine de la santé
Conception d'un plan d’échantillonnage
Garantie de la qualité et de la pertinence des outils d’analyse et des résultats
Présentation des résultats
Mise en oeuvre d'une démarche qualité
PROFIL RECHERCHE
Formation Doctorat ou diplôme d’ingénieur
Formation en biostatistique
Aptitudes Aptitude au travail en équipe pluridisciplinaire
Aptitude au dialogue
Rigueur, méthode et sens de l’organisation
Adaptation au contexte et aux partenaires
ENVIRONNEMENT DU POSTE
Interactions indispensables avec des interlocuteurs, français et étrangers, de disciplines variées (épidémiologistes, statisticiens, gestionnaires de données, cliniciens, biologistes, chargés de projets…)
Possibilité de missions de courte durée à l’étranger (en Afrique notamment)
L’IRD, au travers de sa politique de recrutement, promeut l’égalité professionnelle hommes/femmes
CONTACT : Le dossier de candidature (CV et lettre de motivation) est à transmettre à l’adresse électronique suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ingénieur d'Etudes en Biostatistique - INSERM
Profil de poste : Emploi-type: Ingénieur-e statisticien-neBAP
Missions :
L’ingénieur travaillera sur différents projets pilotés par les chercheurs de l’UMI TransVIHMI. Il sera chargé d’organiser la collecte, la gestion et l’analyse de données issues de recherches épidémiologiques, cliniques et biologiques.
Activités principales :
Connaissances et compétences opérationnelles
-Maîtrise du domaine des Statistiques
-Maîtrise des techniques statistiques et informatiques de collecte et de traitement de données
-Maîtrise de logiciels statistiques
-Connaissance des langages de programmation
-Connaissance du cadre légal et déontologique
-Aptitude au travail en équipe pluridisciplinaire
-Aptitude au dialogue
-Rigueur, méthode et sens de l’organisation
-Adaptation au contexte et aux partenaires
Spécificité(s) / Contrainte(s) du poste :
Interactions indispensables avec des interlocuteurs, français et étrangers, de disciplines variées (épidémiologistes, statisticiens, gestionnaires de données, cliniciens, biologistes, chargés de projets…)
Diplôme(s) souhaité(s) :
Diplôme de niveau I (Master souhaité, à défaut Licence)
Formation en biostatistique
Aptitudes :
Participer au choix du schéma d’étude le mieux adapté au problème posé
Organiser la chaîne de traitement des données, de la collecte à l’analyse statistique
Choisir et appliquer les méthodes statistiques existantes les plus pertinentes pour l’étude
Déterminer les logiciels les mieux adaptés et les plus performants pour l’étude
Rédiger des rapports et des synthèses de présentation des résultats des analyses statistiques
Apporter le conseil aux utilisateurs qui ont besoin de mettre en oeuvre des méthodes et
des outils statistiques
Culture dans le domaine de la santé
Construction et gestion d'une base de données
Rédaction de documentation pour les utilisateurs
Veille scientifique et technologique dans son domaine d’activité
Traitement des données
Application d’un dispositif de contrôle
Institut national de la santé et de la recherche médicale 2
Structure d’accueil : Unité 1175 Intitulé Recherche translationnelle sur le VIH et les maladies infectieuses « TransVIHMI »
Responsable : Eric DELAPORTE
Adresse : Délégation Régionale IRD Occitanie, 911 Avenue Agropolis, 34394 Montpellier Cedex 5 - Délégation Régionale Montpellier